30 août 2005

Lire Quignard 3

Le corps, la différence sexuelle, la mort, l'affection sont des reflets comme les jonquilles et les carpes, comme le mot brahman, comme les cercles carrés. Comme les sexes différents s'emboîtent soudain en frisonnant, comme les éléments des choses s'assemblent, les âmes se transportent. Elles transmigrent des mères aux filles, des vers blancs ou chenilles aux papillons et hannetons, des chanteuses aux tambours, des assasins aux luths et aux violes. C'est un ruissellement. C'est ce qui permet d'interpréter l'ininterprétable.C'est... [Lire la suite]
Posté par blogenrade à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]