mali_forumsocial2006_1_4

Le Forum Social Mondial :

une lueur d'espoir pour « nos » enfants ?

          Da Bamako (Mali) à Karachi (Pakistan) en passant par Caraca (Vénézuela), en 2006, le Forum Social mondial se fait « polycentrique ». Bamako ouvre le bal, du 19 au 23 janvier. Les enjeux sont multiples :

     engager une dynamique de convergence de mouvements sociaux plus larges que par le passé, notamment dans la perspective du Forum Social Mondial de Nairobi (Kenya), en 2007, mais aussi dans l'optique de liens plus fournis avec leurs homologues syndicats, associations et ONG européens.

     les rapports avec l'Europe : les questions de la dette et des entraves au développement ; les questions des migrations et des suites des assassinats de « Ceuta et Melilla » ; les questions liées aux aspects néo-coloniaux de la présence occidentale en Afrique.

          Suivant Bamako, le rendez-vous de Caracas présente des enjeux tout aussi déterminants :

     la remise en cause de la prééminence des Etats-Unis en Amérique Latine ;

     les bouleversements politiques dans les pays d'Amérique Latine et la discussion des expériences brésilienne et vénézuelienne ;

     l'impact mondial de ces recompositions géo-stratégiques et les conclusions qu'il faut en tirer.

          En raison du tremblement de terre qui a touché le Cachemire à l'automne passé, le rendez-vous de Karachi a été reporté fin mars. Comme en 2004 lors du Forum Social Mondial de Bombay, il permettra aux solidarités populaires de s'affirmer entre l'Inde et le Pakistan, deux Etats enfermés dans un dangereux face-à-face nucléaire. La réussite d'un tel forum est un véritable défi pour les mouvements sociaux pakistanais, malgré les nombreuses pressions exercées.

          Bref, cette expérience polycentrique est sans doute l'occasion de dynamiser les capacités de coordination internationale des résistances à la mondialisation libérale. Une lueur d'espoir pour « nos » enfants ?

MAX