Louable est mon ivresse, licite est le nectar,
Dont la vigne et son fruit n’ont pas eu de part,

A la coupe divine où je portai mes lèvres,
L’unique goutte bue, en mon âme soulève,

Une extase dont le feu ne s’éteindra jamais,
L’Amour, lorsqu’il atteint le cœur d’un amoureux,

Fait que la nuit obscure pour lui devient clarté.

'Abd al-Qâdir al-Jîlânî

SRY