Décidement la grande commune des Bouches-du-Rhône sont pour la pluspart la théâtre de lutte fratricide.

A Istres, il s’agit même bientôt d’un pugilat. On savait déjà que le retour possible de Jean-François Bernardini sur la scène politique affolé le parti socialiste. Après donc la quasi certitude de la présence d’une liste de dissidence socialiste mené par Nicole Joulia, actelle marie, ou Jean-François Bernardini se pose le problème du leadercheap au sein même du Parti socialiste.

Patrice Gouin, ancien premier adjoint, pose le premier sa candidature à l’investiture. Début septembre c’est au tour d’Alain Tavernier, ancien ajoint à l’environnement, et secrétaire local du parti, d’annoncer la sienne.

Pendant ce temps, les socialistes istréens semblent s’agacer de la situation. Pour l’un d’eux "A ce train là, nous allons droit dans le mur !". Si déjà le train pouvait passer à Istres ça serais une bonne nouvelle.