Rappelez-vous c’était il y a déjà plus de trois une quarantaire de parlementaires de l’UMP déposaient une proposition de lois visant à rétablir la peine capitale pour les terroristes. Parmis eux des députés des Bouches-du-Rhône avaient signé ce texte dont Maryse Joissain-Masini. La député-maire trouvait même se texte trop mou et déclarait « si cela ne tenait qu’à moi j’étendrais ce projet aux assassins d’enfants ». Sur l’utilité d’une telle peine face aux risques terroriste Mme Joissains est claire ça ne sert à rien : « Je le sais bien, mais ce que je cherche, moi, c’est l’éradication. Ce ne sont pas des êtres humains, ils ne méritent pas de vivre. » et de poursuivre « pas question pour moi de philosopher ».

Pourtant Madame la maire est une grande humaniste « La prison c’est la négation de tout dignité, c’est monstrueux. Je ne suis évidemment pas pour la guillotine. Aujourd’hui, il existe des moyens de retirer la vie de manière douce ». - La Provence, 12 juin 2004