Jean-Claude Gaudin : "En devenant Maire de Marseille, j’ai réalisé un rêve. (...) Aujourd’hui, Marseille est en pleine mutation. Energique et ambitieuse, la deuxième ville de France retrouve une nouvelle jeunesse, alors qu’elle a déjà célébré son 26e centenaire. (...) Pendant des décennies, ma ville a subi les conséquences d’une politique frileuse et étriquée qui l’a conduite à se replier sur elle-même, puis à se laisser entraîner dans l’inexorable spirale du déclin. En 1995, j’ai voulu combattre cette inertie et inverser la tendance. J’ai donc tenu à ce qu’elle relève de nouveaux défis, qu’elle s’ouvre au monde pour devenir une véritable capitale euroméditerranéenne, mais aussi qu’elle offre de nouvelles perspectives aux marseillais. Cette ambition retrouvée lui permet de confirmer son renouveau économique, d’offrir une image plus rayonnante à l’extérieur tout en améliorant la qualité de vie quotidienne des marseillais. Maintenant que cette dynamique est enclenchée, je n’ai de cesse non seulement de la poursuivre, mais de l’amplifier, toujours à partir des valeurs de solidarité et de fraternité auxquelles je suis profondément attaché. Car j’ai l’intime conviction que plus une ville se développe, plus elle dispose de nouvelles richesses à répartir au profit de tous, avec une attention particulière envers celles et ceux qui connaissent des situations difficiles et qui attendent des jours meilleurs." (in Ambitions pour Marseille, sur son site privée)

Descendons du nuage et rappelons qu'après 13 ans de municipalité Gaudin, 27 % des Marseillais vivent toujours en dessous du seuil de pauvreté, que 49% des marseillais ne peuvent tojours pas payer l’impôt sur le revenu et que Marseille compte toujours 5 % de chômage supplémentaire par rapport à la moyenne nationale.

Quel choix pour Marseille 2008 : Gaudin-Guérini, peste ou choléra ?