Confirmation du haut niveau de compétence des élus de MPM et de leurs services, le tribunal administratif a annulé la délégation de service publique concernant la gestion du tramway de Marseille.
Rappelons les faits, l’assemblée communautaire vote le principe d’une DSP immédiatement attaqué par les syndicats de la RTM. Les syndicats s’appuient sur le règlement de la RTM fixant que cette régie est seule compétence en matière de transport sur la commune de Marseille. Mais ne doutant de rien Jean-Claude Gaudin (président de MPM), Renaud Muselier (responsable du projet tramway) et Jacques Rocca-Serra (adjoint au transport) ont tout de même fait un appel d’offre. Miracle, il n’y a eu qu’un seul candidat mais à deux têtes. Le RTM et Véolia font candidature commune et l’emporte faute de concurrent.
Rappelons que le tout avait été justifié par la mairie par une réglementation européenne…totalement inventée par le maire de Marseille.

Mais les élus UMP ne sont pas si faciles à faire changer d’avis. Selon Gérard Chenoz : "C’est un problème de forme, la décision politique d’utiliser une DSP n’est pas remis en cause. Nous ferons appel de cette décision, et ce sera résolu lors de la prochaine mandature".

Plusieurs enseignements dans cette déclaration. La première, il y a bien des tramways de gauche et de droite – puisque la DSP est une décision politique –  contrairement à l’avis de Michel Pezet. Secondo Monsieur Chenoz et la majorité UMP ne veulent pas de bras de fer avec la syndicat pendant la campagne en repoussant la procédure à l’après municipale. Et finalement, l’UMP va gagner les élections et donc Gérard Chenoz peut jouer les madame Soleil en annonçant ce qu’il adviendra après mars prochain.

La justice est ingrate

Mauvaise journée pour les édiles UMP. La gestion du port de Nice devait être transféré au Conseil général des Alpes-Maritimes présidé par Christian Estrosi, mais la justice en a décidé autrement. Celle-ci a été saisie par la Conseil régional PACA qui veut aussi se porter candidate à la gestion de ce port. Bien que l’on se demande bien pourquoi Michel Vauzelle s’intéresse à ce port, la justice lui a donné raison.