Hier soir Maryse Joissains, accompagné d'Alain Joissains (son maître chien) et de Cendrillon,  a présenté ses voeux aux corps constitués de la ville d'Aix à la Cité du livre. Croix entre les miches Maryse, avec sa gouaille toute méridionale, s'en est donnée à coeur joie en enfilant perles sur perles dans un discours qui ressemblait a un mauvais devoir de philosophie d'un élève de Terminale sur le thème du bonheur.

Votre blog préféré était présent. Morceaux choisis:

" Le bonheur ne s'attache pas à ce que nous possédons, au pouvoir, à la richesse, à l'argent, il ne se résume pas simplement a une simple addition de ce que nous consommons, de ce que nous épargnons (...) il ne dépend pas de ce qui nous manque, mais de la façon dont nous nous servons de ce que nous avons"

"On peut être heureux et rendre heureux même quand on est pauvre. Bien sûr, avoir de l'argent, c'est bien. Bien sûr, il y a des gens qui aiment l'argent, mais ils ne sont pas plus heureux pour ça."

"Le bonheur que l'on a vient surtout du bonheur que l'on donne"

Maryse n'a jamais lu Proust mais à la cité du livre elle se doit de le citer : "Un plaisir à chercher ailleurs que dans les satisfactions du bien-être et de la vanité"

Maryse n'a jamais lu Alain (pas son mari, le philosophe) mais à la Cité du livre elle se doit de le citer: " On n'aime guère un bonheur qui vous tombe, on veut l'avoir fait".

D'Epicure à Barjavel en passant par Pierre Perret Maryse nous a offert un festival. Hier soir, étonnement, Maryse n'a pas  cité Carlos: "Tirelipimpon sur le Chihuahua. Tirelipimpon avec la tête avec les bras. Tirelipimpon un coup en l'air un coup en bas. Touche mes castagnettes moi je touche à tes ananas!"