Marseille et son maire, Jean-Claude Gaudin se veut le fer de lance de la politique gouvernementale en matière de service minimum dans les écoles.

Petite mise au point sur le programme proposé aujourd’hui aux parents. Tout d’abord ce service minimum n’est pas assuré par des personnels de l’éducation nationale mais de la mairie. Ce sont les fameuses "tatas", les non-grévistes, qui assureront l’accueil des enfants. Les parents devront fournir un repas froid à leur enfant, en cas de fermeture de la cantine. Ce service sera limité au seul parent exercent une activité professionnelle. Et il sera encore plus limité puisque seulement 10 écoles sur l’ensemble de la commune seront concernées. Rajoutons que par un heureux hasard 8 de ces 10 écoles sont concentrés sur les quartiers sud de la ville. Ces secteurs étant bien entendu dirigés actuellement par des maires UMP.

Encore une fois Jean-Claude Gaudin et son équipe renforcent leur politique de ségrégation de la ville. L’important reste que l’effet d’annonce sera largement plus important que le résultat obtenu.