Lassé de vivre sur un continent gouverné par une droite vulgaire qui ne cesse de détruire sa nature, ou effrayé par le retour de Bernadette Chirac à Brégançon, ou encore navré par l'inculture du clan Sarkozy, un sanglier s'est réfugié dans le parc naturel national de l'île de Port-Cros.

    Extraits du Parisien (1er mars 2008) :

« Soit des personnes mal intentionnées sont venues sur l'île et y ont lâché délibérément un sanglier, soit l'animal est arrivé à la nage, ce qui s'est déjà vu, affirme Richard Baréty, ancien ingénieur au parc national de Port-Cros, aujourd'hui chargé de mission au conservatoire du littoral. Les marins de la côte ont tous observé des sangliers nageant loin des côtes. Il a pu être traqué lors d'une battue sur le littoral, se jeter à la mer pour échapper aux chiens, nager tout droit et être porté par un courant favorable jusqu'à l'île. »  (...)

Le long du littoral, au coeur des salins d'Hyères, sept ou huit sangliers ont été signalés. Mais de l'avis des spécialistes, le solitaire de Port-Cros viendrait « plus probablement du cap Bénat », dans le secteur de Brégançon. Sur l'île, le cochon sauvage fait en tout cas beaucoup jaser. Malgré la découverte d'empreintes de l'animal au nord et au sud de l'île, beaucoup doutaient de sa présence réelle jusqu'à ce qu'il soit photographié par un appareil photo piège, qui se déclenche automatiquement lorsqu'il détecte un passage.