Depuis un an, les grandes manœuvres bousculent les équilibres au sein de la droite varoise. Le prince Falco place ses points, écarte les inféodés, intègre les vassaux. Dès le mois de mai 2007, le bon roi Hubert déclarait à Var Matin que La Crau n’était pas encore dans l’agglomération Toulon Provence Méditerranée mais que cela ne saurait tarder (Var Matin, 25 mai 2007). Or le président de la Communauté de Communes de la Vallée du Gapeau et maire de Solliès-Ville, M. Geoffroy, est opposé à l’absorption. Mais qu’importe : le message d’Hubert est passé. Gérard Simon, actuel maire de La Crau, doit montrer des signes d’allégeance au patron de l’UMP dans le Var, quitte à se fâcher avec ses collègues. Surtout s’il veut que son fils Christian obtienne l’investiture UMP pour les municipales.

Le programme de Christian Simon, le fils de son père donc, candidat UMP à la mairie de La Crau dans le Var, reste assez flou quant au rattachement de La Crau à Toulon Provence Méditerranée. Les électeurs peuvent lire que « la Commune de La Crau souhaite intégrer la Communauté d’Agglomération de l’aire toulonnaise (…) qui dans l’avenir aura certainement vocation a devenir une Communauté urbaine » en même temps que « La Crau souhaite maintenir son intégration dans la Communauté de Communes de la Vallée du Gapeau ». C’est ce que l’on appelle l’ouverture rhétorique.

Les ennemis des Simon les accusent de cacher leur jeu. Ces adoubements et ces reniements renvoient, notamment au débat sur la Ligne à Grande Vitesse. Les dirigeants de l’agglomération toulonnaise (lire les interviews de Falco et de Masson) veulent à tout prix que le TGV passe par Toulon. Les élus de la CCVG sont contre.

Le fils Simon le répète : « Non au tracé Sud », « Oui au développement des navettes TER et au réaménagement de La Gare de La Crau ». Que choisira-t-il s’il accède au poste de premier magistrat ? Avec lui aussi, tout devient possible.