Notre grand quotidien local à nous, La Provence, annonce aujourd'hui en une l'augmentation de son prix de vente, passant de 0,80 euros à 0,85 euros. Les motivations de cette vertigineuse augmentation sont relativements simples : "Cette hausse de 5 centimes est motivée par diverses augmentations, en particulier par la croissance des prix de l'énergie et du papier qui pésent lourdement sur nos coûts de fabrication."
Mais rassurez-vous, cette hausse s'explique par la volonté de préserver l'intégrité et la mission d'intérêt générale que s'est fixée notre quotidien de référence : "Ce prix de vente nous permet de continuer d'assurer une information aussi proche que possible de vos attentes. Enfin, il garantit notre indépendance."
En effet, détenue à 100 % par Hachette Filipacchi Média, elle même filliale de Lagardère, La Provence a certainement besoin d'affirmer son indépendance dans un groupe tentaculaire présent à la fois dans les médias et la défense, comme elle a certainement besoin de moyens financiers pour rester aussi proche de ses lecteurs. Dans le numéro du 27 juin 2005, sur les 32 pages du jour, 12 pages sont consacrées aux petites annonces, 2 pages aux courses hippiques et à la 'détente', auxquelles s'ajoutent 2 pleines pages de publicitées. Etant entendu que la plupart des articles de la page nationale et de la page internationale sont issues de dépêches d'agences souvent peu retravaillées, il reste une place limitée pour une partie rédactionelle axée sur les problèmes fondamentaux de la cité phocéenne : avec 10 000 personnes, le spectacle "Aux Quais du large" est-il un grand succès alors que 200 000 personnes étaient attendues ? Les élus de la Communauté urbaine voteront-ils le "Schèma directeur vélo" qui prévoit 100 kilomètres de pistes cyclables d'ici 2007 contre 30 kilomètres aujourd'hui ? Quand à la cavalcade de la Saint-Eloi à Allauch, elle s'est déroulée sous le soleil ! Alors ça pour de l'info...

SRY