Au Pradet, jamais notre rubrique n'aurait porté le nom de "mariage à la grecque" puisqu'au Pradet c'est l'union libre. Cette charmante bourgade varoise est la seule à ce jour dans l'agglomération toulonnaise à être officiellement à gauche. Elle aurait dû virer au bleu marine en mars prochain mais les politiques ont semble-t-il, là-bas, des moeurs arc-en-ciel.

Roland Joffre est maire du Pradet depuis depuis deux mandats. A l'origine, ce professeur de faculté était encarté PS. Mais il a été viré du Parti parce qu'il a à tout prix voulu se présenter aux législatives contre le candidat officiel. Depuis il arborait une étiquette Radical-Cassoulet, version bouillabaisse.

Pour les prochaines municipales, Joffre doit combattre une liste PS menée par Zunino. Ce dernier est conseiller municipal et secrétaire de la section PS du Pradet.

Il doit combattre aussi la liste UMP conduite par Stanissos. Or cette liste est soutenue par Dominique Véra, adjointe à l'animation économique (ça ne s'invente pas), qui se dit "militante de gauche" mais qui veut du changement au Pradet (on croit rêver). Elle est également soutenue par Philippe Unia, élu MoDem.

L'ami Joffre peut compter sur le soutien de François Boulard (UMP) et (c'est du lourd) Jean-Louis Savarin, candidat investi par le MoDem qui estime que l'actuel maire est le plus à même de diriger la ville en bon père de famille.

L'ouverture crée des courants d'air plus que de pensées.