François Bernardini, candidat à la mairie d’Istres, dans une interview à La Provence (02/02/2008), en réponse à une question sur son inéligibilité : « Je n’éprouve aucun déshonneur d’avoir offert des places de foot à des enfants ou du champagne à des personnalités ».

Rappel des faits :

François Benardini, alors maire d’Istres et président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, a été condamné en 2001 par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence à dix-huit mois de prison avec sursis, 400 000 francs d'amende et cinq ans d'inéligibilité pour abus de confiance et de biens sociaux car : « investi d’une mission de service public par mandat électif, a profité de ses fonctions pour faire supporter indirectement à la collectivité publique des dépenses qui n’avaient d’autre but que de favoriser ses intérêts personnels et notamment sa carrière politique ».

En 2004, François Bernardini est de nouveau condamné pour recel d’abus de bien sociaux : il avait en effet fait payer sa dette fiscale de 24 600 euros par le club de football d’Istres. Soit, huit mois de prison avec sursis et 6000 euros d’amende en plus.

Voir le résumé de la carrière judiciaire de François Bernardini sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Bernardini